Qu’est-ce que la narcolepsie ?

bored-and-tired-teacher-sleeping-sitting-at-desk-2022-12-16-08-24-45-utc-1280x853.jpg

La narcolepsie a été décrite à la fin du XIXe siècle. Depuis lors, il est possible de caractériser davantage, après avoir établi ses fondements, avec une certaine compréhension de sa biologie. Il est important de souligner qu’à l’heure actuelle, les traitements sont meilleurs et plus larges, facilitant leur gestion et améliorant ainsi la qualité de vie des patients.

Caractéristiques cliniques

La narcolepsie est caractérisée par l’instabilité des transitions veille-sommeil. Cliniquement, la narcolepsie se manifeste par une somnolence diurne excessive qui peut être à la fois handicapante sur le plan personnel et social. Il peut également y avoir une cataplexie, une paralysie du sommeil, des hallucinations hypnagogiques ou hypnopompiques, mais leur présence n’est pas nécessaire pour poser le diagnostic. En fait, une minorité de patients atteints de narcolepsie présentent tous ces symptômes.

La narcolepsie est classée comme :

  • Type 1 (avec cataplexie).
  • Type 2 (sans cataplexie).

La cataplexie est une faiblesse musculaire transitoire par émotion qui est une caractéristique spécifique de la narcolepsie de type 1. Elle commence souvent dans les muscles du visage et peut se manifester par un relâchement de la mâchoire ou une brève chute de la tête. Cependant, les épisodes peuvent être plus dramatiques et, si les muscles du tronc et des membres sont également touchés, un effondrement peut survenir avec une chute au sol.

Conséquences psychosociales

La narcolepsie a des conséquences psychosociales importantes. En raison de leurs symptômes, les personnes atteintes de narcolepsie peuvent ne pas être en mesure de répondre aux exigences de leurs études ou de leur travail. D’autre part, votre risque d’accident de la route est 3 à 4 fois plus élevé que dans la population générale et plus du tiers des patients ont été victimes d’un accident dû à la somnolence.

Certaines preuves montrent que le traitement élimine ce risque. Peu d’études systématiques ont examiné les troubles de l’humeur liés à la narcolepsie, mais elles tendent à montrer une prévalence plus élevée de troubles psychiatriques que dans la population en général, le plus souvent la dépression et l’anxiété.

Diagnostic

La narcolepsie devrait faire partie des diagnostics différentiels de somnolence chronique excessive pendant le jour, mais ce trouble présente de nombreuses imitations.

Le diagnostic est généralement posé tardivement, avec un laps de temps moyen entre le début des symptômes et le diagnostic (8 à 22 ans). Cependant, la prise de conscience croissante de ce trouble a amélioré l’efficacité du processus de diagnostic et on s’attend à ce que ce délai diminue en conséquence.

Plus généralement, les symptômes apparaissent au cours de la deuxième décennie de la vie, mais l’âge d’apparition varie considérablement entre la première et la cinquième décennie. Son incidence a une distribution bimodale, avec le pic le plus élevé vers 15 ans et un deuxième pic plus faible au milieu de la troisième décennie. Certaines études ont suggéré une légère prédominance masculine.

Narcolepsie et diagnostic différentiel

• Problèmes de sommeil

• Syndrome de sommeil insuffisant

• Syndrome de phase de sommeil retardée

• Hypersomnie idiopathique

• Troubles respiratoires du sommeil (obstructif ou central).

• Apnée du sommeil

• Perturbation périodique du mouvement des membres syndrome de Kleine-Levin

Traitement

Comme pour de nombreuses maladies chroniques, le traitement de la narcolepsie est symptomatique et non curatif, ce qui peut être fait par des moyens pharmacologiques et non pharmacologiques. Nous exposerons ici quelques mesures non pharmacologiques.

Mesures non pharmacologiques

Des siestes planifiées de 15 à 20 minutes peuvent aider à améliorer la vigilance. Il est également important de fixer des horaires de sommeil, assortis d’une bonne hygiène de sommeil, afin de garantir une nuit de sommeil suffisante.

Dans une étude, la combinaison de siestes programmées et d’horaires de sommeil nocturnes normaux a réduit le niveau de somnolence diurne et de sommeil diurne involontaire. Les siestes diurnes étaient d’une grande aide pour les personnes souffrant de somnolence diurne plus intense.

  • L’utilisation stratégique de la caféine peut être utile et réduire la dépendance à un traitement pharmacologique.
  • Un dépistage systématique des autres troubles du sommeil, tels que l’apnée du sommeil, devrait être effectué.
  • Lorsqu’ils reçoivent un traitement pour d’autres problèmes médicaux, les personnes atteintes de narcolepsie doivent éviter les médicaments susceptibles de provoquer une sédation, tels que les opiacés ou les barbituriques.
  • L’alcool doit être diminué ou évité.

Dans Kalstein, nous présentons notre appareil de mesure de l’apnée du sommeil qui convient aux personnes atteintes de ce syndrome. Il peut être utilisé aussi bien dans les centres de santé qu’à domicile et permet de surveiller l’apnée du sommeil et la SpO2 des patients. C’est pourquoi nous vous invitons à jeter un coup d’œil sur : ICI

PARIS

Localisation

5 rue de Castiglione 75001 Paris – France.
(+33) 01 70 39 26 50(+33) 7 60 83 92 83

sales.department@kalstein.eu

EMPLACEMENTS

Nous sommes toujours proches



Suivez notre activité sur les réseaux sociaux

Restez informé de toutes les dernières nouvelles du secteur.


Devis personnalisés et instantanés

Générez des devis basés sur les informations sur les produits sélectionnés.

GÉNÉRER UN DEVIS