Électrobisturie, qu’est-ce que c’est et comment ça marche ?

qualified-cosmetologist-preparing-for-an-electrosu-2021-09-03-14-40-35-utc.jpg

L’unité d’électrochirurgie, ou électrobisturie, est un dispositif médical qui utilise des phénomènes électriques pour produire de la chaleur ; son objectif est de coaguler, fulgurer, dessécher ou couper des tissus, selon les paramètres établis. La production de chaleur est obtenue par le passage d’un courant électrique oscillatoire, concentré dans une petite zone. Plus l’espace dans lequel coule le courant est petit, plus la densité d’énergie à ce point est élevée, ce qui entraîne des températures toujours plus élevées.

L’énergie calorifique provient des électrons qui se déplacent des atomes à cause d’une différence de potentiel électrique; ce mouvement de particules produit des photons qui entraînent de l’énergie, qui se transforme en énergie calorifique.

Quelles sont les parties de l’électrobisturie ?

L’électrobisturie se compose essentiellement des parties suivantes :

  • Indicateurs des modes de fonctionnement.
  • Sélecteurs de puissance.
  • Interrupteur de pied.

L’énergie nécessaire à son fonctionnement est prélevée sur le réseau électrique, et transformée en courant continu par l’alimentation interne. Ce module fournit de l’énergie à tous les autres. Le module oscillateur à radiofréquence crée l’onde porteuse, et l’oscillateur de coagulation le signal modulateur. Ces deux ondes sont mélangées dans le modulateur. Elles sont ensuite amplifiées dans l’amplificateur de puissance, pour sortir, selon sélection, par la prise monopolaire vers le crayon d’électrochirurgie, ou la prise bipolaire, vers la pince coagulatrice.

Quelles sont les formes d’onde utilisées ?

Avant de définir les modes de fonctionnement, nous devons mettre en évidence les caractéristiques de chaque type d’onde qui peut être utilisé. Dans ce cas, l’onde se réfère aux variations du courant alternatif. Parmi les types d’ondes nous trouvons : fortement amortie, modérément amortie, courant combiné, onde sinusoïdale pure

Quels sont les modes de fonctionnement d’un électrobisturier ?

Coupure

Dans ce mode, la fréquence de courant continu induit la chaleur en forme d’onde et exploite les cellules du tissu immédiatement devant la lame guidée. Pour obtenir techniquement la condition de coupe, on utilisera des électrodes de contact aussi minces que possible ; on doit générer une onde sinusoïdale à haute fréquence, au-dessus de 350 kHz, appelée porteuse, avec une différence de potentiel suffisante (environ 1 000 V) pour fournir l’énergie nécessaire. Cette onde est encore appelée dans les équipements modernes « onde entièrement filtrée ». Découpez les tissus de la même manière que le scalpel, mais avec moins de saignements. Le courant non-modulé produit très peu de coagulation.

Fulgurance

La fulgurance par électrobisturie se réfère à l’utilisation d’une électrode de traitement unique capable de produire une étincelle sans toucher le tissu. Dans ce processus, le tissu est superficiellement carbonisé par des arcs électrochirurgicaux répétés et à haute tension, qui élèvent rapidement la température jusqu’à atteindre ou dépasser 200 °C. Pour ce faire, l’électrode doit se trouver à quelques millimètres au-dessus, afin que la décharge traverse cette solution de continuité.

Dessiccation

La dessiccation par électrobisturie est la destruction superficielle des tissus, par déshydratation. C’est essentiellement la même chose que la fulgurance, sauf que l’électrode de traitement est en contact avec le tissu et ne produit pas d’étincelles. La pointe de l’électrode se déplace doucement à travers la surface de la lésion traitée ou est insérée dans les grosses lésions kératosiques pour permettre une pénétration plus profonde du courant. Le tissu traité rétrécit et peut être retiré avec une gaze ou une curette. L’hémostase est obtenue en plaçant la pointe du traitement directement sur le vaisseau sanguin ou en touchant avec la pointe de l’électrode de traitement une pince qui prend le verre.

Coagulation

La coagulation par l’électrobisturie entraîne la dénaturation des protéines et utilise la méthode biterminale. Dans l’électrocoagulation, le courant est d’une faible tension et d’un ampérage élevé. De ce fait, il produit plus de chaleur que la dessiccation, avec un effet destructeur plus important, ce qui le rend plus pénétrant. L’onde est modulée avec une demi-onde partielle sinusoïdale appelée onde partiellement rectifiée. Le tissu coagulé semble ‘cuit’ plutôt que brûlé, d’où l’appellation de coagulation ‘blanche’. Cette méthode électrochirurgicale utilise un courant monopolaire ou bipolaire avec une modulation modérée.

À Kalstein, nous mettons à votre disposition une excellente unité d’électrobisturie conçue avec la plus haute qualité. C’est pourquoi nous vous invitons à jeter un oeil ICI

PARIS

Localisation

5 rue de Castiglione 75001 Paris – France.
(+33) 01 70 39 26 50(+33) 7 60 83 92 83

sales.department@kalstein.eu

EMPLACEMENTS

Nous sommes toujours proches



Suivez notre activité sur les réseaux sociaux

Restez informé de toutes les dernières nouvelles du secteur.


Devis personnalisés et instantanés

Générez des devis basés sur les informations sur les produits sélectionnés.

GÉNÉRER UN DEVIS