Publié le Laisser un commentaire

Utilisation de l’électrocardiogramme pour prévoir la péricardite

La péricardite ou l’inflammation du péricarde peut se présenter sous forme de péricardite aiguë ou chronique. Si l’inflammation affecte également le muscle cardiaque, elle est appelée péricardite. La péricardite aiguë dure généralement jusqu’à trois semaines. Pour le diagnostic de la maladie, ils privent les symptômes typiques de cette maladie, qui sont caractérisés par :

  • Douleur thoracique.
  • Essoufflement.
  • Signes d’inflammation tels que fièvre, pouls rapide et respiration rapide.
  • La douleur lancinante se produit généralement derrière le sternum au coucher et avec une respiration profonde, une toux ou des mouvements importants.

Dans le diagnostic de péricardite, des réactions inflammatoires non spécifiques sont trouvées dans les tests sanguins. Il y a souvent des modifications de l’ECG du segment ST similaires à celles d’un infarctus du myocarde, ainsi que des troubles de régression de l’excitation avec des ondes T négatives. Les amplitudes de l’ECG périphérique sont réduites.

L’échocardiographie peut également détecter des épanchements mineurs dus à des réactions inflammatoires. Pour le diagnostic différentiel, une IRM peut fournir plus d’informations. Dans le cas de déversements compressifs, une ponction est effectuée, c’est-à-dire une perforation sur le site de l’écoulement pour obtenir du liquide à examiner. Elle est réalisée sous anesthésie locale.

Quelle est la cause de la péricardite et comment est diagnostiquée ?

La cause de la péricardite est souvent inexpliquée. Cependant, chez la plupart des patients, la cause sous-jacente est probablement une infection par certains virus. Cette péricardite virale aiguë est généralement provoquée par des entérovirus, herpèsvirus, adénovirus et parvovirus B 19. Outre les agents pathogènes viraux, les bactéries (en particulier le Mycobacterium tuberculosis, qui provoque la tuberculose), ainsi que les champignons et les parasites (très rarement) sont également des causes possibles de péricardite infectieuse.

En outre, les maladies auto-immunes (par exemple, les rhumatismes), le cancer (rayonnement employé dans les thérapies), les tumeurs, les maladies métaboliques comme la goutte, l’insuffisance rénale, les conséquences d’une opération cardiaque, un infarctus peuvent, les médicaments peuvent être la cause. Cependant, il est possible dans certains cas, de ne pas trouver une cause apparente pour cette maladie.

La première chose à faire est d’obtenir les antécédents médicaux du patient (anamnèse) et de procéder à un examen physique. Dans le cas d’une péricardite sèche et aiguë, le médecin entend le sa caractéristique de frottement sur la région du coeur avec un stéthoscope. Elle n’est plus détectable dès qu’un épanchement se forme dans le péricarde, c’est-à-dire lorsque la forme sèche de la péricardite se transforme en forme humide exsudative. Pour confirmer le diagnostic, il est utile de :

  • L’ECG.
  • L’échographie du coeur.
  • Quelques tests de laboratoire.

Comment les techniques de diagnostic de la péricardite sont-elles appliquées ?

L’électrocardiogramme (ECG) est une méthode d’examen très importante pour le diagnostic de la péricardite aiguë. Également avec l’ECG, les changements correspondant à l’évolution de la maladie sont affichés. Cependant, le distinguer d’une crise cardiaque peut être parfois difficile, ce qui rend nécessaire de compléter cette étude avec d’autres analyses.

L’examen échographique du coeur (échocardiographie) est indispensable si une péricardite est suspectée. Il n’est pas remarquable chez la plupart des patients atteints de péricardite aiguë tant qu’aucun épanchement péricardique n’a été observé. Cependant, s’il y a péricardite, l’examen échographique fournit des informations importantes sur la taille de l’écoulement et ses effets sur la fonction de pompage du coeur. L’examen peut indiquer peut-être une maladie conjointe du muscle cardiaque.

Les tests de laboratoire sont importants pour différencier un infarctus d’une péricardite aiguë. Cependant, les tests les plus importants qui sont positifs pour un infarctus du myocarde (troponine et créatine kinase) peuvent également être positifs pour une péricardite si celle-ci s’est étendue au muscle cardiaque (péricardite). De plus, une numération-formule sanguine est effectuée et la protéine C réactive, les globules blancs (globules blancs) et la vitesse de sédimentation sanguine sont déterminés. Ces paramètres biologiques fournissent des informations sur une inflammation aiguë de l’organisme.

D’autres études telles qu’une radiographie pulmonaire peuvent également être utilisées pour détecter ou exclure une maladie pulmonaire (par exemple tuberculose, tumeur pulmonaire) comme cause possible de la péricardite avec épanchement. Dans d’autres cas, une péricardiocentèse peut être envisagée, par exemple si une maladie bactérienne ou une tumeur est suspectée. En cas de suspicion d’une affection supplémentaire du muscle cardiaque, il peut être judicieux d’effectuer une IRM ou un scanner.

Pourquoi utiliser un électrocardiographe de Kalstein pour diagnostiquer la péricardite ?

Le diagnostic de la péricardite est souvent difficile, mais il est généralement appuyé sur l’obtention d’électrocardiogrammes pour établir certaines des formes de cette maladie. L’électrocardiographe du fabricant d’instruments Kalstein, est un équipement qui se caractérise par sa facilité d’utilisation via un écran tactile, avec une électronique qui permet de diminuer le niveau de bruit de la lecture tout en corrigeant automatiquement la dérive de la ligne de base. D’autres aspects techniques de cet équipement, ainsi que les prix, les formes d’achat et de devis peuvent être consultés sur le lien ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *