Publié le Laisser un commentaire

Saviez-vous que l’utilisation excessive d’insuline peut favorise

Une étude menée dans une prestigieuse université vénézuélienne dirigée par les professeurs Alexander Gil et Ledia Triana, chercheurs de l’Institut de recherche biomédicale du Dr. Francisco J. Triana Alonso (BIOMED-UC) a rendu cette théorie évidente.

 

Les traitements appliqués au diabète sucré (plusieurs médicaments et insuline humaine obtenus par recombinaison d’ADN) ont pour objectif final de tenter de compenser le déficit en insuline ou son action. Pour atteindre cet objectif, il est nécessaire de connaître les mécanismes de régulation génétique de l’hormone, qui n’étaient jusqu’à présent pas complètement clarifiés. En ce sens, divers systèmes cellulaires humains et de souris ont été utilisés, bien qu’ils aient toujours eu l’inconvénient d’être difficiles à obtenir, à manipuler et à entretenir. Certaines études sur la variation hormonale de la chaîne évolutive ont permis de déterminer que certains microorganismes, tels que les champignons et les bactéries, réagissaient à l’insuline humaine de la même manière que les cellules de mammifères. Cette capacité semble être liée à la variation dans le temps des substances prédécesseurs et structurellement similaire à l’insuline détectée dans différents champignons et bactéries, en plus d’avoir la même fonctionnalité que l’hormone humaine. Ces résultats ont transformé les micro-organismes qui répondent à l’insuline en tant que systèmes cellulaires idéaux pour étudier leurs effets moléculaires. Les avantages seraient représentés par sa facilité d’obtention et de traitement.

Les systèmes microbiens sont idéaux pour étudier les différences entre les effets des insulines du commerce et obtenir des conclusions sur leur impact sur les cellules de mammifères et, en définitive, sur les traitements appliqués aux patients diabétiques avec ces hormones, permettant ainsi d’établir les mécanismes correcteurs possibles.

Jusqu’à présent, le professeur Alexander Gil, coordinateur de la chaire de biochimie clinique de la faculté de biochimie de l’Université de Carabobo, souligne que « l’un des aspects importants de l’étude de l’effet de l’insuline sur les microorganismes est la résistance hormone Elle confère certains antifongiques et antibiotiques et le lien possible de ce fait avec la gravité et la résistance des infections chez les patients diabétiques. Il est également suggéré que la gravité des infections chez les patients diabétiques pourrait être liée à un effet direct de l’hormone sur les micro-organismes, en raison de l’hyperinsulinémie que ces personnes souffrent. « 

Quelle était cette étude? Dans cette étude, la capacité mitogène de l’insuline modifiée Lispro a été analysée sur la souche ATCC 25922 d’Escherichia coli sous une forme comparative avec l’insuline à séquence régulière. Les cultures ont été réalisées dans du milieu Luria Bertani (LB) avec diverses concentrations d’insuline commerciale (0,1 à 2,0 UI / mL) et de glucose (1 à 5 mM). La croissance cellulaire a été suivie par A600 ou la numération cellulaire. Les deux insulines, comprises entre 0,1 et 1 UI / mL, ont stimulé la croissance à différentes intensités, en observant l’effet maximal à 0,5 UI / mL: 60% d’insuline ordinaire et 51% de Lispro respectivement dans les phases logarithmique et prélogarithmique, De plus, Lispro avait 1,6 fois le taux de prolifération initial, indiquant une action plus rapide et une plus grande capacité mitogénique.

Qu’est-ce que ces résultats indiquent?

Outre l’intérêt purement biochimique des mécanismes de l’action hormonale, les résultats obtenus montrent que les deux hormones favorisent l’action du glucose dans les cellules bactériennes et que la principale différence réside probablement dans sa capacité à agir sur la réorganisation du flux. métabolique ou entre activité gluconéogène et glycolytique. Lispro semble avoir une plus grande puissance pour agir sur une voie métabolique, ce qui rendrait plus difficile la réorganisation du flux métabolique en une autre voie de signalisation. Les résultats suggèrent que les traitements hormonaux, notamment le Lispro, pourraient stimuler la croissance des microorganismes responsables des maladies infectieuses chez les patients atteints de diabète sucré. Par conséquent, il est nécessaire de comprendre les mécanismes par lesquels différentes hormones affectent les cellules bactériennes afin de développer de meilleurs traitements antibactériens.

En réfléchissant à l’importance de ces études microbiologiques, Kalstein propose des spectrophotomètres de haute qualité et hautes performances qui vous aideront à déterminer l’absorbance de vos cultures cellulaires, grâce à sa polyvalence et à sa technologie. C’est pourquoi nous vous invitons à consulter nos spectrophotomètres disponibles ICI