Publié le Laisser un commentaire

Qu’ont en commun la fibromyalgie, la fatigue chronique et le côl

Lorsqu’il est question de douleur chronique, il est souvent impossible aux médecins de fournir à leurs patients des réponses adéquates sur ce qui pourrait ne pas être correct et sur les raisons pour lesquelles ils continuent à souffrir.

Quel est le problème avec moi?La réponse à cette question est beaucoup moins compliquée pour une personne souffrant de douleur postopératoire aiguë ou immédiate, dotée d’un mécanisme biomédical et mécanique simple.

Ce diagnostic biomédical traditionnel de ces conditions peut fournir à l’individu une explication claire de « ce qui m’arrive » en étiquetant des structures spécifiques et des lésions tissulaires. Le traitement peut être dirigé sur le tissu offensif ou une blessure avec des résultats relativement bons.

Souvent, ces personnes ressentent une douleur de nature systémique et n’est pas directement liée à une lésion structurelle ou tissulaire spécifique. S’agissant des personnes souffrant de douleur chronique, tente d’apporter une réponse raisonnable à la question « Qu’est-ce qui ne va pas avec moi? »Ils se sont révélés être un défi.

L’attribution de ces différentes « étiquettes » de diagnostic pour des affections telles que la fibromyalgie (FM), le syndrome de fatigue chronique (SFC), la sensibilité au gluten non coeliaque, les troubles métaboliques, le syndrome du côlon irritable (SCI) et La maladie de Lyme chronique (CLD), pour les personnes souffrant de douleur chronique, peut confondre l’individu lorsqu’il tente de répondre à la question « qu’est-ce qui ne va pas chez moi? » .

L’utilisation traditionnelle de conditions de « marquage » peut conduire à une pratique clinique traitant une condition comme un problème de tissu isolé peut être une partie des résultats médiocres que l’on trouve souvent dans le traitement de ces conditions.

Plusieurs rapports ont montré une augmentation du nombre de personnes diagnostiquées avec ces différentes conditions au fil du temps. Cela montre que de plus en plus de personnes luttent pour donner un sens à leur douleur chronique à travers ces diverses conditions de diagnostic.

Par exemple, il y a 20 ans, on estimait que 6 millions de personnes étaient atteintes de FM aux États-Unis, tandis que des études de prévalence actualisées placent environ 10 millions de patients aux États-Unis, avec une prévalence deux fois plus élevée. plus élevé chez les femmes.

Les Centers for Disease Control and Prevention ont signalé 300 000 nouveaux cas de CLD par an aux États-Unis, ce qui augmente le nombre total de personnes touchées.

  • Premièrement, il a été démontré que plusieurs de ces conditions présentent plusieurs signes et symptômes qui se chevauchent, et que de nombreuses personnes atteintes de FM peuvent également porter l’étiquette SFC, ce qui complique la recherche des réponses, encore moins le traitement.
  • Deuxièmement, pour bon nombre de ces conditions diagnostiques, il n’existe aucun test médical définitif et, souvent, le diagnostic repose sur un processus d’élimination qui ajoute de l’incertitude aux personnes et complique encore le processus de diagnostic.
  • Enfin, ajouter le mot « syndrome » ou fournir une étiquette non descriptive n’aide pas les gens avec la question initiale « Qu’est-ce qui ne va pas? », Mais peut générer plus d’incertitude.

Le diagnostic précis de certaines conditions médicales ayant une source mécanique spécifique de maladie ou de pathologie est essentiel pour appliquer le traitement le plus approprié à ces conditions. Pour les patients souffrant de douleur chronique, l’étiquette de la condition peut ne pas ajouter de valeur à la sélection du traitement approprié.

Il est nécessaire de procéder à un examen adéquat pour exclure des pathologies médicales importantes pouvant être à l’origine de douleurs chroniques. Cependant, une fois rejetés, la prise en compte de l’état du patient d’un point de vue biopsychosocialest plus appropriée que le traitement en vue d’une étiquette médicale de l’état.

Selon les directives de pratique clinique axées sur les états douloureux chroniques, les patients doivent être informés de la nature de leur maladie, veiller à ce que l’éducation soit étroitement liée aux preuves de la nature biologique de leur problème et éviter les « syndromes ». et la géographie (c’est-à-dire le bas du dos).

Chez Kalstein, nous vous proposons un appareil à ultrasons sophistiqué pour l’examen de grande utilité pour le diagnostic de ces maladies. Nous vous invitons donc à consulter:https://kalstein.eu/p715/Ultrasound-Scanner/product_info.html.