Publié le Laisser un commentaire

Diabète insipide: diagnostic et traitement

Le diabète insipide est une affection rare mais traitable qui se produit généralement avec la polydipsie et la polyurie. Mais distinguer ces symptômes des symptômes de la polydipsie primaire, du diabète sucré et d’autres causes de fréquence sans polyurie peut s’avérer très difficile. Le diabète insipide est rare, avec une prévalence de 1 personne sur 25 000.

Le diabète insipide central est généralement causé par des pathologies de l’hypophyse, résultant de processus inflammatoires ou infiltrants, ou après une chirurgie d’une tumeur hypophysaire, mais peut également être dû à un défaut congénital dans la production d’arginine vasopressine (hormone antidiurétique). ).

Le diabète insipide néphrogénique est généralement causé par des troubles électrolytiques, une néphropathie ou une néphrotoxicité pharmacologique (généralement le lithium).

La vasopressine d’arginine provoque la réabsorption d’eau dans les tubes collecteurs du rein. La déficience en hormone ou la résistance à celle-ci, comme dans le diabète insipide, entraîne une perte excessive d’eau par le rein (polyurie).

Généralement, l’impulsion compensatoire est la soif, ce qui permet une réhydratation adéquate, mais dans les cas graves, lorsqu’il n’y a pas accès à l’eau, la personne diabétique peut se déshydrater rapidement, ce qui peut entraîner une hyperosmolalité, une hypernatrémie et éventuellement la mort.

Présentation des symptômes

Une soif extrême et l’émission de grandes quantités d’urine claire sont des symptômes typiques du diabète insipide, mais il peut être difficile d’établir un diagnostic différentiel avec ces symptômes, bien que des indicateurs puissent être trouvés à l’arrière-plan et que des études puissent être utiles.

Dans le diabète insipide central, les antécédents de polyurie et de polydipsie ont tendance à être soudains et apparaissent au bout de quelques semaines ou de plusieurs mois. Dans le diabète insipide néphrogénique, l’apparition est plus insidieuse et les patients présentent généralement des symptômes depuis des mois ou des années avant le diagnostic.

Les symptômes suggérant une maladie hypophysaire sont la fatigue, les vertiges, des cycles menstruels irréguliers et la galactorrhée chez les femmes et les femmes, la perte de libido et la réduction des caractéristiques sexuelles secondaires chez les hommes.

 Enquête sur la maladie

La présence de diabète sucré doit être écartée et confirmée par la mesure formelle de la glycémie à jeun ou aléatoire. Les électrolytes sériques, la diurèse et l’osmolalité plasmatique doivent également être évalués.

Les patients soupçonnés de diabète insipide doivent être référés à un spécialiste pour des études et un traitement plus poussés. L’urgence de la référence dépend de la gravité des symptômes.

Si la soif et la polyurie sont extrêmes et que l’osmolalité sérique est supérieure à 295 mOsmol / kg, le shunt doit être effectué dans quelques jours ou quelques semaines au plus.

Les patients atteints de diabète insipide connu qui présentent une hypernatrémie doivent être considérés en état d’urgence, ce qui devrait être résolu le même jour.

Traitement

Les piliers thérapeutiques du diabète insipide central sont le remplacement adéquat des liquides, le traitement de la pathologie sous-jacente et l’administration de la desmopressine. Cet analogue de l’hormone antidiurétique peut être administré par voie orale ou par pulvérisation intranasale.

En général, le diabète insipide central répond immédiatement à la desmopressine et les patients remarquent une réduction significative de la polyurie et de la soif. Les symptômes d’une consommation insuffisante de desmopressine sont la soif et la polyurie, tandis que les symptômes de remplacement excessif sont des maux de tête et une légère confusion (due à une hyponatrémie) et une diminution de la diurèse.

Le diabète néphrogénique insipide est traité avec un apport liquidien et un traitement étiologique spécifique, sous les soins d’un néphrologue. D’autres traitements incluent des régimes hypoprotéiques et hypoprotéiques, des diurétiques et des anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Il a récemment élaboré des recommandations pour le traitement hospitalier des patients atteints de diabète insipide souffrant d’une maladie aiguë. Ces lignes directrices recommandent que tous les patients hospitalisés atteints de diabète insipide central soient identifiés lors de l’admission et que l’équipe d’endocrinologie ou clinique correspondante soit informée.

Tout patient atteint de diabète insipide central qui entre dans un hôpital doit faire l’objet d’une surveillance attentive du remplacement du liquide, ainsi que de l’administration appropriée de desmopressine.

Il est recommandé aux hôpitaux de mettre en place un système d’alerte permettant d’identifier tous les patients nécessitant un traitement à la desmopressine, afin de s’assurer que les médicaments ne sont pas omis.

Kalstein vous propose le moniteur numérique d’activité électrique cérébrale, qui génère un électroencéphalogramme couleur. Qui peut être utilisé pour contrôler des maladies telles que l’épilepsie, l’inflammation intracrânienne, les maladies cérébrovasculaires et les tumeurs cérébrales, les dommages hypophysaires. C’est pourquoi nous vous invitons à jeter un coup d’œil sur: https://kalstein.eu/p717/Digital-Brain-Electric-Activity-Mapping/product_info.html