Publié le Laisser un commentaire

L’appareil d’anesthésie

Se familiariser avec l’appareil d’anesthésie destiné à l’anesthésiologiste est l’une de ses tâches fondamentales; il lui faut non seulement connaître son
anestesiafonctionnement, mais aussi les caractéristiques de base de ses composants doivent être conformes aux normes de sécurité et constituer le principal anesthésiste et vous permet en même temps de choisir et de combiner les gaz mesurés, de vaporiser des quantités exactes de gaz anesthésiques et donc d’administrer des concentrations contrôlées de mélange anesthésique par les voies respiratoires. Malgré la diversité des appareils d’anesthésie fabriqués dans le monde, leurs aspects fonctionnels sont pratiquement similaires; Il peut servir de table pour le matériel, les accessoires et les médicaments, il dispose de tiroirs pour ranger tout le nécessaire, ainsi que de manuels de conservation et d’utilisation.

En tant que zone de travail la plus fréquentée par l’anesthésiste, vous devez respecter certaines caractéristiques, telles que les matériaux de construction, leur résistance, l’emplacement des moniteurs, les débitmètres, leurs caractéristiques, oxymètres, spiromètres, manomètres et éclairage indirect. diffuse afin que les indicateurs et les alarmes soient facilement localisés sans grands déplacements de la tête ou des yeux de l’anesthésiste.

Un peu d’histoire

Au début, les premiers dispositifs d’anesthésie étaient des vaisseaux en verre ou en métal partiellement remplis d’éther diéthylique ou de chloroforme, dans lesquels le patient inhalait les vapeurs, augmentant leur surface d’évaporation au moyen d’éponges, de gaze, de conduits en cuivre ou de récipients à grande surface. Le chloroforme était appliqué en quantités connues dans les airbags, en pompant de l’air à travers le liquide sans prendre en compte la ventilation du patient. L’oxyde nitreux, moins puissant, était inhalé directement à partir de gazomètres ou de sacs de soie huilée.

En 1903, Harcourt utilisa des vannes unidirectionnelles pour l’application de chloroforme et l’application de chaleur pourrait augmenter la vaporisation du liquide. Le N2O était disponible sous forme comprimée depuis 1880 chez le dentiste White de la Nouvelle-Angleterre mais son application clinique, malgré les avantages des gaz comprimés, n’a pas été utilisée en raison de l’absence de vannes de réduction. Entre 1910 et 1930, les inventions, les recherches et les études scientifiques de plusieurs anesthésiologistes ont révolutionné la conception des appareils d’anesthésie. Depuis 1930, la conception et la fonction de base des appareils d’anesthésie sont très similaires à celles utilisées de nos jours: ses caractéristiques principales sont la sécurité des patients, elles sont construites avec des matériaux de meilleure qualité et de meilleure qualité. le pot de cuivre (1940) à ceux actuellement utilisés.

Comment fonctionnent ces appareils?

Les appareils d’anesthésie sont des équipements de précision avec des détails en mécanique, en ingénierie et en électronique afin d’assurer une quantité exacte de gaz prévisible pour la sécurité du patient. Le matériel d’anesthésie comporte quatre caractéristiques importantes: une source d’O2 et une forme d’élimination du CO2, une source de liquides ou de gaz anesthésiques et un système d’inhalation pour les besoins des bouteilles et de leurs culasses, des vannes de réglage, des débitmètres, des manomètres et un système d’inhalation permettant d’administrer le mélange anesthésique aux voies respiratoires du patient.

Quels gaz utilisent-ils?

Anaesthetic MachineLes gaz actuellement utilisés en anesthésie sont l’oxygène, l’air et le N2O; l’hôpital les distribue généralement au bloc opératoire par des tuyaux; ceux-ci peuvent tomber en panne ou les périphériques doivent être utilisés dans des zones dépourvues de tuyauterie. Les appareils d’anesthésie ont des bouteilles de gaz comprimé de taille E réserve; dans certains endroits où il n’ya pas de source d’O2 central, on utilise le réservoir dit marraine, de taille G, avec des pressions de 750 à 2000 psi (livres par pouce carré) et au moyen de vannes de réduction, il est ajusté de 35 à 50 psi, permettant ainsi utiliser Ils passent à travers des tuyaux de sécurité à contrôle automatique, pour supprimer les gaz anesthésiques si la pression en O2 est réduite, avec des alarmes sonores; ensuite, ils passent par des vannes à aiguille et des débitmètres pour pénétrer dans les vaporisateurs et passer au patient. Tous les équipements sont dotés de vannes de débit rapides manuelles O2 pour remplir rapidement le circuit.

Chez Kalstein, nous vous proposons un appareil d’anesthésie sophistiqué, conçu avec la plus haute technologie et qualité. C’est pourquoi nous vous invitons à consulter ICI

Partagez sur vos réseaux sociaux!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.