Publié le Laisser un commentaire

Combien y a-t-il de systèmes de purification d’eau de laboratoire?

L’importance d’avoir de l’eau de qualité dans les laboratoires, se concentre sur l’utilité et le besoin que représente l’eau purifiée pour laver le matériau en verre, en plus des systèmes d’alimentation qui produisent de l’eau ultrapure; l’obtention d’une eau de qualité est la principale préoccupation des utilisateurs de laboratoire pour effectuer des expériences précises et des recherches optimales et efficaces; les systèmes de purification de l’eau jouent donc un rôle très important; et nous devons être conscients de la variété des systèmes qui existent, de leurs avantages et de leurs inconvénients. 

Dans les systèmes de purification de l’eau, il importe non seulement l’étape finale, où le résultat est de l’eau ultrapure, mais le système de prétraitement, car c’est à ce stade que la plus grande composition de contaminants est éliminée, ces processus de prétraitement sont ceux qui garantissent une eau purifiée, qui est utilisée dans différentes applications au sein des laboratoires, un système de purification de l’eau inefficace affectera la productivité du laboratoire, nuisant à la fiabilité des expériences et des matériaux utilisés.

  • Types de systèmes de purification de l’eau pour un laboratoire plus efficace.
  • Chloration: est le traitement de l’eau en utilisant divers types de chlores et de substances à base de chlore; Utilisée depuis des années pour contrôler et éliminer les micro-organismes nocifs pour la santé, cette méthode est utilisée dans l’eau pour les résidences et les industries et comme complément antérieur à d’autres méthodes de purification.
  • Ébullition: tue principalement les organismes pathogènes, les virus et les bactéries, cette méthode consiste à chauffer l’eau à des températures élevées pendant certaines minutes, elle est efficace pour tuer les spores bactériennes, les champignons et les protozoaires; il ne nécessite pas de formation, cependant, l’eau bouillante n’élimine pas les bactéries ou les produits chimiques et est coûteuse en consommation d’électricité.
  • Filtration des sédiments: c’est un procédé de filtration mécanique, qui consiste à bloquer physiquement les particules indésirables telles que le charbon, le sable et les sédiments, c’est une technologie simple, peu coûteuse, qui réduit la turbidité, bien qu’il soit recommandé d’utiliser un prétraitement avant les applications.
  • Disqualification: cette méthode réduit l’existence de calcium et de magnésium qui déterminent la dureté de l’eau, apporte comme avantages son utilisation dans les industries médicales et pharmaceutiques, les aliments et les boissons, il faut être conscient que l’eau adoucie contient du sodium, produit de la corrosion car elle contient un ph acide.
  • Lumière ultraviolette UV: l’eau traverse une chambre d’écoulement et les rayons UV, ces rayons détruisent les bactéries et inactivent de nombreux virus, champignons et organismes pathogènes, ne modifie pas l’odeur et le goût de l’eau, désinfecte l’eau sans utiliser de produits chimiques, pour effectuer ce processus, il est nécessaire que l’eau ne soit pas trouble ou trouble, et cette méthode n’offre pas de traitement résiduel.
  • Ultrafiltration: utilise une membrane semi-perméable retient de très petites particules, élimine les endotoxines, le plastique, les protéines, les virus; idéal pour les applications sensibles à la température, automatisation simple, bien que la taille de la membrane soit petite, le volume d’eau purifiée soit plus grand.
  • Osmose inverse: utilise un filtre ou une membrane semi-perméable, est efficace pour éliminer les virus, a un prétraitement des sédiments et du charbon actif, réduit 99% des solides dissous, a de grandes applications industrielles.
  • Distillation: elle repose sur l’évaporation pour purifier l’eau, elle élimine de nombreux contaminants tels que les bactéries, les récipients inorganiques et de nombreux composés organiques.
  • Ozonation: c’est une méthode respectueuse de l’environnement, elle réduit les polluants et les substances nocives telles que le sulfure d’hydrogène, le manganèse, le fer, les bactéries et les virus, cependant, elle nécessite une technologie avancée et coûteuse.
  • Lonisation de l’argent: c’est une méthode qui a un effet résiduel, fournit une désinfection à long terme, un système simple et automatique, est un système qui dispose d’un concentrateur d’oxygène, d’un générateur d’ozone, d’un injecteur, d’une pompe, d’un moniteur d’ozone dissous et d’un réservoir de contact.

Nous vous offrons plus d’informations sur les différents types de systèmes de purification dans le lien suivant ICI; chez KALSTEIN, nous sommes un fabricant d’équipements de laboratoire avec une couverture internationale avec les meilleures offres de vente / achat en ligne, nous pouvons vous conseiller sur quel est le meilleur système de purification de l’eau correspondant principalement à la gamme d’applications pour lesquelles son utilisation est requise. 

Publié le Laisser un commentaire

Fluoromètre pour un laboratoire : comment ça marche

Cet équipement a pour fonction de mesurer l’absorbance de tous les ingrédients de l’échantillon à 260nm, mais pour être précis, l’équipement YR412-A KALSTEIN peut mesurer l’intensité de fluorescence du réactif fluorescent, qui est combiné avec la molécule cible pour lire la concentration de l’échantillon. En général, la lecture est plus faible que celle des produits de la série Nano, mais il est beaucoup plus précis, pour consulter les caractéristiques et la description de notre équipe, allez  ICI

Pour faire référence non seulement à la façon dont fonctionne n’importe quel fluoromètre, mais aussi à notre équipement technologique avancé, il peut mesurer 0,5 pg/ul pour mesurer la concentration d’ADN. Il est important et nécessaire pour la plupart des applications de lire la concentration la plus basse et la plus précise de l’échantillon. Avec le fluoromètre YR412-A avec kit de quantification, vous pouvez mesurer la concentration de l’échantillon de manière rapide, sensible et précise.

Comment fonctionne un fluoromètre

Cet équipement est capable d’effectuer deux modes de mesure : Fluorescence et absorbance ; le principe de fonctionnement de l’instrument est basé sur la mesure de signaux lumineux par deux canaux de fluorescence pour l’acide nucléique, quantification de protéines en une seule détection. Le signal lumineux qui affecte les détecteurs est converti par des amplificateurs à gain élevé en signaux de tension qui sont à leur tour numérisés et stockés dans des mémoires pour un traitement ultérieur.

Lors de la mesure de fluorescence, une lampe fluorescente émet de la lumière ultraviolette (365nm) qui frappe l’échantillon et l’excite. Le signal résultant est capté par les détecteurs. La mesure de fluorescence utilise des étalons internes pour prendre en compte les références 0.0 et 100.0 dans la lecture des ensembles de bandes. La valeur 0.0 se réfère à la fluorescence de 10 L d’eau et la valeur 100.0 se réfère à la fluorescence de 10 L d’une dilution de 1:10 de 4-méthylumbeliférone de concentration 4.7×10-5 M. cet équipement peut enregistrer au maximum 1.000 données et données de sortie par port USB.

Procédure d’utilisation

Pour obtenir des coefficients précis et précis, nous devons être sûrs que l’équipement est correctement étalonné, ce qui doit être fait à l’équipement pendant le processus d’allumage ; cela évitera que l’appareil ne souffre d’une rupture, et si seulement l’équipe technique préparée ou des conseillers techniques qualifiés peuvent recalibrer, dans ce cas, nous, en tant que fabricant d’équipement de laboratoire, offrons non seulement des équipements de haut niveau mais aussi des conseils techniques avec du personnel qualifié, vous pouvez consulter le lien suivant https://kalstein.eu/ vous trouverez également une gamme de produits au meilleur prix du marché avec de grandes demandes au niveau international.

Toutefois, dans le cas de la mesure d’absorbance fonctionne comme suit : une lampe à halogène émet de la lumière qui frappe un filtre d’interférence dont la longueur d’onde sélectionnée par l’opérateur, la lumière qui provient du filtre traverse l’échantillon et atteint les détecteurs avec une intensité proportionnelle à la concentration de la substance colorée présente dans le puits de lecture ; cette lumière traverse le puits verticalement de sorte que le volume de liquide présent influence la valeur d’absorbance. 

Recommandations et précautions d’emploi

  • L’équipement doit être placé sur une table avec accès libre à l’avant, côté gauche et supérieur.
  • L’ordinateur nécessite une prise d’alimentation dotée d’une connexion de masse. Assurez-vous que la tension sur la ligne est celle requise.
  • Le local doit avoir une bonne circulation d’air.
  • Branchez le cordon d’alimentation à l’entrée de l’ordinateur et au réseau d’alimentation CA.
  • Pour la lecture en fluorescence, le filtre secondaire de fluorescence doit être placé.
  • Pour la mesure en absorbance, le filtre de fluorescence secondaire doit être retiré et le filtre de brouillage approprié doit être placé. 

N’hésitez pas à visiter nos liens et profitez du catalogue d’équipements de haute qualité et au meilleur prix que vous trouverez sur le marché, en plus d’être des fabricants de haut niveau, avec une forte demande achat-vente au niveau mondial, chez KALSTEIN nous vous offrons les meilleurs spécialistes pour vous fournir les conseils nécessaires, nous vous offrons de grands avantages de garantie et d’engagement, en assurant une équipe avec une technologie supérieure et de haute performance.

Publié le Laisser un commentaire

Fluoromètre, comment ça marche?

Un fluorimètre est un équipement optique spécialisé, utilisé dans les laboratoires pour mesurer la propriété ou la capacité de fluorescence de certains échantillons biologiques et minéraux. Ces dispositifs sont capables de mesurer l’intensité de la fluorescence émise et la distribution de la longueur d’onde du spectre d’émission après excitation d’un spectre lumineux donné. Ces paramètres sont utilisés pour déterminer la présence et la quantité de molécules spécifiques dans un milieu.

La fluorescence est générée lorsqu’une substance émet de la lumière visible et semble briller après avoir été exposée à un certain type de rayonnement, soit la lumière visible, soit un autre rayonnement à haute énergie (rayons X).

Les fluorimètres peuvent être des appareils portables ou de table. Sa sensibilité est ajustée à des longueurs d’onde spécifiques de la lumière à l’aide de filtres ou de monochromateurs et en fonction de ce qui est analysé. Nous constatons maintenant que les fluorimètres modernes ont la capacité de détecter des concentrations de molécules fluorescentes aussi petites que 1 partie par milliard. Bien que la détection de fluorescence soit basée sur des principes fondamentaux pour ce processus, il existe plusieurs applications et adaptations uniques pour ces dispositifs. Parmi ses domaines d’application, on trouve la chimie, la biochimie, la biologie moléculaire, l’industrie laitière, la médecine et la recherche environnementale.

Comment fonctionne un fluorimètre ?

Comme déjà mentionné, un fluorimètre est un instrument qui permet l’analyse, l’identification et la quantification de substances avec des molécules capables de fluorescer. Il existe deux types de fluorimètres : les fluorimètres à filtre et les spectrofluorimètres. La principale différence entre eux réside dans la manière dont les longueurs d’onde de la lumière incidente sont sélectionnées. Les fluorimètres à filtre utilisent des filtres et les spectrofluorimètres utilisent des monochromateurs.

Dans le fluorimètre à filtre, une source lumineuse émet une lumière d’une longueur d’onde d’excitation qui est relative au composé à mesurer. Les fluorimètres produisent des longueurs d’onde d’excitation et d’émission de produit spécifiques grâce à l’utilisation de filtres optiques. Le filtre bloque les autres longueurs d’onde et transmet les longueurs d’onde appropriées pour le composé en question. La lumière traverse l’échantillon à mesurer et une certaine longueur d’onde est absorbée, tandis qu’un rayonnement de plus grande longueur d’onde est émis et la lumière émise est mesurée par un détecteur.

Les spectrofluorimètres sont des équipements à pouvoir de résolution plus élevé utilisant des monochromateurs utilisés pour s’accorder ou se déplacer librement sur une large plage. Ils utilisent couramment un double faisceau, un faisceau supérieur et un faisceau inférieur. Le faisceau supérieur traverse un monochromateur et traverse l’échantillon. Le faisceau inférieur traverse un atténuateur et est ajusté pour correspondre à la puissance fluorescente émise par l’échantillon. Par la suite, la lumière de la fluorescence de l’échantillon et le faisceau inférieur atténué sont détectés et convertis en un signal électrique qui est enregistré par un logiciel.

Que vous proposons-nous chez Kalstein ?

Chez Kalstein, nous sommes des fabricants d’équipements de laboratoire de la plus haute qualité et conçus avec la meilleure technologie, et nous présentons le fluorimètre innovant YR412-A, qui présente les caractéristiques suivantes :

  • Simple : écran tactile de 4,3 pouces, petit et facile à utiliser
  • Mesure facile en 3 secondes pour l’ADN, l’ARN et les protéines
  • Haute sensibilité : la limite de détection d’ADN la plus basse est de 0,5 pg/ul
  • Deux canaux optiques : équipés de deux canaux de fluorescence pour l’acide nucléique, quantification des protéines en une seule détection
  • Plage dynamique linéaire : cinq ordres de grandeur.
  • Système d’ouverture : vous pouvez combiner l’instrument avec le réactif de votre choix
  • Peut enregistrer un maximum de 1 000 données et données de sortie par port USB
  • Adaptateur : adaptateur pour tube qPCR de 0,5 ml Adaptateur pour tube qPCR de 0,2 ml

Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter notre catalogue de produits  ICI

Publié le Laisser un commentaire

CONSEILS POUR MAINTENIR VOTRE SPECTROPHOTOMÈTRE

Les spectrophotomètres, en général, sont des équipements très spécialisés et coûteux. Sa conservation dépend dans une grande mesure du mode d’installation et d’utilisation. L’environnement qui les entoure et la qualité des services d’électricité sont des facteurs d’une importance primordiale pour que les équipements puissent fournir des services conformes aux spécifications pour lesquelles ils ont été fabriqués. Les procédures d’entretien qui peuvent nécessiter une complexité variable, allant du nettoyage minutieux de ses composants à des procédures spécialisées, ne doivent être effectuées que par des techniciens ou des ingénieurs dûment formés et disposant des informations techniques développées par les fabricants.

La maintenance préventive du spectrophotomètre doit répondre aux routines et aux fréquences recommandées par le fabricant. Vous trouverez ci-dessous un groupe de routines de base pouvant être effectuées en laboratoire:

1. Nettoyez le spectrophotomètre à l’extérieur, y compris les commandes, les écrans et les compteurs. Cela peut être fait avec un morceau de tissu fin – semblable à la texture des tissus – humidifié avec de l’eau distillée.

2. Inspectez et nettoyez le cordon d’alimentation.

3. Vérifiez que la lampe est propre et en bon état. Si cela ne fonctionne pas, installez-en un nouveau, avec les mêmes spécifications que l’original. Dans les spectrophotomètres modernes, l’état de la lampe est automatiquement détecté par le logiciel qui contrôle l’état et le fonctionnement de l’équipement, ce qui permet de déterminer facilement quand la lampe doit être remplacée. Effectuez le changement de lampe et procédez au réglage suivant en suivant la procédure recommandée par le fabricant.

4. Vérifiez le fusible de protection. Avant d’ouvrir le logement du fusible, vérifiez que le spectrophotomètre est éteint et que ses contacts sont propres et en bon état.

5. Placez l’instrument dans la configuration opérationnelle.

6. Appuyez sur le contacteur d’allumage pour laisser fonctionner pendant cinq (5) minutes. Vérifiez les éléments suivants:

a) Si les lampes ou les indicateurs pilotes fonctionnent.

b) Si l’indicateur de lecture reste à zéro (0).

c) Si la lumière de la source fonctionne.

7. Effectuez un test de courant de fuite dans les positions marche et arrêt.

a) Vérifiez le pôle à la terre et la polarité correcte.

b) Vérifiez la polarité correcte sans pôle de terre.

c) Vérifiez l’inversion de polarité sans pôle de terre.

8. Étalonnez le panneau avant du spectrophotomètre en suivant les instructions du fabricant.

9. Mesurer la sensibilité de l’équipement.

10. Effectuer un test conformément à la loi de Beer.

11. Remettez le spectrophotomètre en configuration initiale si l’étalonnage a été effectué avec succès.

Bonnes pratiques d’utilisation du spectrophotomètre

  • Effectuez l’étalonnage du spectrophotomètre, chaque fois que l’analyse d’un groupe d’échantillons est effectuée.
  • Laissez le couvercle du porte-échantillon fermé pendant le processus de mesure afin de garantir une lecture adéquate.
  • Évitez de réutiliser des cuvettes jetables.
  • Utilisez uniquement des cuvettes de quartz pour effectuer des analyses en dessous de 310 nm.
  • Évitez d’utiliser des seaux en plastique si vous utilisez des solvants organiques.
  • Utilisez de la verrerie en borosilicate de silicate de haute qualité pour préparer les étalons. Évitez autant que possible d’utiliser de la verrerie sodo-sodique, car un contact prolongé avec des étalons peut la pénétrer et, par conséquent, produire des résultats erronés.
  • Nettoyez soigneusement les cuvettes en verre après utilisation. Jeter ceux qui présentent des rayures sur la surface polie.
  • Utilisez des réactifs de haute qualité autant que possible. Les réactifs de qualité médiocre peuvent provoquer une contamination même à de très faibles concentrations. Les diluants utilisés – eau ou solvants – doivent être exempts d’impuretés.
  • Vérifiez que les échantillons ou les étalons n’ont pas été dégazés à l’intérieur des cuvettes.
  • Tenez compte, lorsque vous essayez d’utiliser de nouvelles procédures, que toutes les substances ne sont pas conformes à la loi de Beer. Effectuer des tests de linéarité sur la plage de concentrations à utiliser.

En pensant à vous chez Kalstein, nous vous proposons des spectrophotomètres de haute qualité et très performants, qui vous seront d’une grande aide dans votre laboratoire, grâce à sa polyvalence et à sa technologie. C’est pourquoi nous vous invitons à consulter nos spectrophotomètres disponibles à l’adresse suivante ICI

Publié le Laisser un commentaire

Utilisation d’une centrifugeuse réfrigérée à grande vitesse

refrigerated

Lorsque vous commencez à configurer votre laboratoire, l’un des premiers appareils dont vous avez besoin de penser est une centrifugeuse. C’est un appareil capable de séparer n’importe quel type d’échantillons, en fonction de vos besoins et de vos tests. Centrifugeuse réfrigérée à grande vitesse fonctionne par une méthode de séparation où les composants d’un échantillon sont séparés en fonction de leur densité en fonction de la force centrifuge qu’ils éprouvent. Avec ces appareils, les échantillons sont filés à> 5000 tr / min. Ce type de centrifugeuse est capable de générer une vitesse d’environ 60000g et ils sont utiles pour collecter des micro-organismes, des débris cellulaires, des organites cellulaires plus volumineux et des protéines précipitées par le sulfate d’ammonium.

Centrifugeuse réfrigérée à grande vitesse

Dans une solution, les particules dont la densité est supérieure à celle du solvant, des sédiments et des particules plus légères, flottent vers le haut. Il faut savoir que plus la différence est importante, plus l’échantillon se déplace rapidement. S’il n’y a pas de différence de densité (conditions isopycniques), les particules restent stables. Le processus de centrifugation joue un rôle crucial dans la biochimie ou la biotechnologie car il est une partie non distribuable dans chaque méthode concernant l’étude biologique depuis la séparation des organites cellulaires jusqu’aux expériences complexes impliquant la séparation des fractions sub-cellulaires.

Les centrifugeuses sont des instruments extrêmement dangereux s’ils ne sont pas correctement entretenus et correctement utilisés. C’est pourquoi vous devriez toujours lire et comprendre le manuel d’utilisation. Un autre aspect que vous devez garder à l’esprit est que lors de la centrifugation de matières dangereuses telles que des microorganismes pathogènes, des virus infectieux, des substances cancérigènes, corrosives ou toxiques, des matières radioactives), les échantillons doivent être conservés dans des récipients hermétiques et étanches afin de prévenir les formations d’aérosols résultant d’un déversement accidentel d’un échantillon qui contaminerait le rotor, la centrifugeuse et éventuellement tout le laboratoire.

Centrifugeuses de laboratoire

Vous devez suivre quelques recommandations pour vérifier votre centrifugeuse de laboratoire sans vous blesser ou endommager l’appareil. Tout d’abord, vous devez équilibrer la charge chaque fois que la centrifugeuse est utilisée. En outre, le commutateur de déconnexion doit automatiquement arrêter l’équipement lorsque le haut est ouvert. Une autre chose importante est que vous ne devriez pas trop remplir les tubes de centrifugeuse. Assurez-vous qu’ils sont bien accrochés. Il y a une autre chose dont vous devez être conscient et c’est que le couvercle doit être fermé avant de commencer la centrifugeuse. Il est très important que vous ne surchargez pas un rotor au-delà de la masse maximale du rotor sans réduire la vitesse nominale du rotor.

En outre, vous devez vérifier les joints toriques et graisser les joints régulièrement avec de la graisse sous vide. Assurez-vous que vous n’utilisez pas de détergents sévères pour nettoyer les rotors, en particulier les rotors en aluminium. Utiliser un détergent doux et rincer avec de l’eau désionisée, si possible. Dans le cas où vous manipulez des matériaux inflammables et / ou dangereux, conservez la centrifugeuse sous pression négative sur un système d’échappement approprié. Nous recommandons également de conserver un journal d’utilisation et de maintenance. De cette façon, vous saurez comment le personnel de votre laboratoire utilise l’appareil et à quelle fréquence il le maintient.

Vous devriez inspecter chaque partie de la centrifugeuse chaque fois que vous l’utilisez. Toujours chercher des signes de corrosion des rotors. Vous devez savoir que la fatigue du métal peut entraîner la défaillance d’un rotor. Un autre aspect important est le revêtement du rotor; vous devez vérifier qu’il n’est pas endommagé. En outre, vous devez vérifier la zone de cône pour les fissures; c’est une zone très stressée pendant la rotation. Enfin, une autre zone que vous pouvez vérifier constamment est les fissures dans la gravité du tube; assurez-vous qu’il n’y a pas de corrosion.

Publié le Laisser un commentaire

Quelle est l’importance du réfrigérateur de laboratoire?

Le réfrigérateur dans un laboratoire est l’un des équipements les plus importants. Sa fonction est de maintenir, dans un environnement contrôlé (espace frigorifique), divers fluides et substances, de sorte qu’ils soient conservés en bon état plus la température, la plus faible activité chimique et biologique. Pour y parvenir, il est nécessaire que la température interne du réfrigérateur soit inférieure à la température ambiante.

Quelles sont les utilisations de cet équipement

Bien que cela puisse être simple à identifier, le réfrigérateur de laboratoire a la fonction principale de conserver correctement tout type de substance, liquide ou homogène, de sorte que, lors de l’exécution des analyses, ils génèrent les résultats corrects.

Ces éléments de laboratoire, qui contribuent considérablement à la gestion et à la conservation des substances, doivent être considérés comme essentiels et essentiels dans tout laboratoire, aussi petit que cela puisse être.

Vous devez vous rappeler que l’élément principal de cela fonctionne est la basse température. Par conséquent, vous devez savoir, ce qui est adéquat pour ce que vous voulez garder, le faire efficacement.

Quelles caractéristiques spéciales un réfrigérateur de laboratoire a-t-il?

Il est important que vous sachiez comment un réfrigérateur de laboratoire est composé de cette manière, de cette manière, vous pourrez identifier chacune de ses fonctions, ses pièces et ses éléments, vous familiariser pleinement avec son utilisation.

Le réfrigérateur de laboratoire est constitué d’un évaporateur, vous pouvez également observer une armoire de conservation dans laquelle vous pouvez placer chacune des substances ou des échantillons et, enfin, le thermostat qui vous permet de contrôler la température et le système de refroidissement.

Habituellement, l’évaporateur peut être trouvé sur le dessus de l’armoire du réfrigérateur, de savoir que le réfrigérateur est utilisé, il détermine que l’évaporateur est inférieur à 0 ° C, même si vous n’êtes pas alarmé s’il atteint des températures de 5 ° C à 30 ° C.

Dans un autre sens, le Cabinet dispose d’un espace sous l’évaporateur, où vous pouvez placer des étagères pour le stockage d’échantillons ou de substances. En règle générale, le réfrigérateur de laboratoire a une apparition similaire à celle d’un domestique, il ne sera donc pas si complexe de l’identifier et de savoir quelle est sa fonction.

Que devriez-vous considérer pour le bon fonctionnement de votre réfrigérateur de laboratoire?

Chacun des réfrigérateurs que vous trouverez dans un laboratoire a une grande importance. Grâce à eux, vous pouvez préserver des substances d’origine biologique et de réactif. De cette manière, les analyses et les études qui seront effectuées seront optimales.

Il est important de noter que, pour le meilleur fonctionnement des réfrigérateurs, il est nécessaire qu’ils soient situés dans un environnement frais et ventilé. Au moins, il doit y avoir une fenêtre afin d’éviter de chauffer la zone.

N’oubliez pas que l’activité chimique et biologique des substances, augmente considérablement à la température, il est donc essentiel que les échantillons préservés sont essentiels pour tout laboratoire, sinon les échantillons modifient leurs propriétés et se décomposeraient.

La technique de réfrigération est produite via un phénomène qui a trait à la physique du transfert de chaleur peut être donnée par compression ou absorption. Le réfrigérateur de compresseur est généralement utilisé dans des endroits où l’électricité est constante, tandis que le réfrigérateur d’absorption est utilisé lorsqu’il n’y a pas d’électricité.

Les instruments ou équipements trouvés dans un laboratoire ont une fonction vitale pour chacun des processus, en fait, ils sont essentiels au bon fonctionnement d’un laboratoire.

Lors de l’installation d’un réfrigérateur de laboratoire dans vos espaces, vous devez suivre une série de recommandations. afin de maintenir votre équipement correctement. Ma principale recommandation est que vous le gardez complètement loin de tout rayon de soleil, de cette manière son fonctionnement sera le plus optimal.

De plus, vous devez le placer à un minimum de 15 centimètres du mur, cela favorise également la circulation de l’air. Vous garantissez donc que sa vie utile durera le plus longtemps possible.

Chez Kalstein, nous vous proposons une excellente gamme de réfrigérateurs allant des options économiques et simples aux équipements technologiques les plus avancés. C’est pourquoi nous vous invitons à jeter un oeil ICI

Publié le Laisser un commentaire

Microtome: avantages et inconvénients

Les microtomes sont des instruments tranchants pour la préparation de préparations utilisées en microscopie. Pour répondre aux exigences élevées de telles préparations, les microtomes permettent des coupes extrêmement fines. Les microtomes modernes permettent des coupes d’une épaisseur de 0,1 à 100 µm. A titre comparatif: Les cheveux humains ont une épaisseur comprise entre 50 et 70 µm. L’histoire des microtomes a commencé avec le début des microscopes à lumière. Pour analyser des objets, ils devaient être suffisamment minces pour que la lumière les pénètre. Les premiers microtomes étaient au début de simples lames (généralement des lames de rasoir) avec lesquelles les coupes étaient effectuées manuellement. Les exigences relatives aux préparatifs augmentant, il était nécessaire que les microtomes se développent.

Les premiers microtomes, tels que nous les connaissons aujourd’hui, ont été développés en 1770. Ils permettent de fixer le test et d’ajuster l’épaisseur de la coupe à l’aide de vis. De nos jours, les microtomes mécaniques sont composés d’un bloc, d’un porte-échantillon et d’un équipement technique pour le contrôle de l’avance. La qualité des préparations dépend du type d’avance, de la géométrie de la lame et de la déclinaison (angle entre la lame et le sens de la coupe). De plus, le résultat peut être influencé par la préparation de l’échantillon (par exemple par congélation). Outre les microtomes mécaniques, les microtomes laser sont de plus en plus utilisés, ce qui permet de préparer des échantillons sans contact. Voici l’opération de quelques microtomes:

Microtomes coulissants

Ces microtomes sont composés d’un porte-échantillon fixe et d’une lame fixée sur une lame. Pour garantir une coupe stable, les curseurs des microtomes pèsent généralement beaucoup. Pendant la coupe, la lame est pressée dans l’échantillon. Les microtomes coulissants permettent des coupes d’une épaisseur de 1 à 60 µm.

Avantage:

  • • En raison de sa conception, il provoque peu de pannes.
  • • Il permet de réguler avec précision la pression de la lame sur le tissu.
  • • En raison de la taille de la lame, il est possible de sectionner des blocs de tête de grande taille.
  • • La disposition de cette lame permet de couper des blocs inclus dans la celloïdine.

Inconvénients:

  • • Ne permet pas les coupes en série, ce qui ralentit le processus.
  • • L’exposition de la lame peut causer des accidents
  • • Il est presque impossible d’obtenir des sections d’épaisseur inférieure à 8 microns.

Microtomes rotatifs

Ces microtomes, également appelés microtomes de Minot, ont une lame fixe et un porte-échantillon mobile. Le nom du microtome de rotation est donné car le porte-échantillon est activé par un volant. Le mouvement de rotation du volant devient un mouvement rectiligne. Normalement, le porte-échantillon de ces microtomes se déplace vers le bas. Les échantillons préparés s’accumulent sur la lame. L’avantage de ces microtomes est que la masse élevée du volant d’inertie correspond aux différentes duretés du même test, ce qui permet d’obtenir une coupe uniforme. Les microtomes en rotation permettent de préparer des échantillons entre 1 et 60 µm.

Avantage:

  • • En ayant plus de poids, plus de précision, cela permet d’obtenir des sections dentelées très fines.
  • • Le mécanisme d’avance est plus précis.

Inconvénients:

  • • Le prix élevé dû à la complexité du mécanisme d’avance, qui rend également les réparations plus difficiles et coûteuses.
  • • L’impossibilité de couper avec elle des tissus inclus dans la celloïdine, la gélatine et le propylène glycol.

Microtomes de congélation

Les microtomes de congélation sont une sous-catégorie des microtomes en rotation. L’essai a lieu dans un congélateur qui est refroidi, par exemple, à l’azote. La basse température augmente la dureté du test.

Ultramicrotomes

Avec les ultramicrotomes, des échantillons sont préparés pour les microscopes électroniques à transmission. Comme les préparations doivent être extrêmement minces, ces microtomes ont des lames spéciales et une avance très fine, souvent entraînée par la dilatation thermique. L’utilisation de ces microtomes permet une épaisseur de 10 à 500 nm.

Microtomes laser

Les microtomes laser utilisent un laser spécial pour la coupe. Ils se distinguent par leur forte concentration et leur très courte durée. Cela permet de couper les tests très finement sans causer de dommage thermique au matériau à tester. Ces microtomes permettent de préparer des échantillons d’une épaisseur comprise entre 10 et 100 µm.

Kalstein vous propose des microtomes sophistiqués qui vous permettront d’offrir la meilleure analyse possible car ils disposent de la meilleure technologie. C’est pourquoi nous vous invitons à jeter un coup d’œil sur nos microtomes disponibles dans ICI

Publié le Laisser un commentaire

Connaissez-vous les différents types d’incubateur de laboratoire

Avoir un environnement stable sans contaminant est un aspect fondamental de tout type de laboratoire, en particulier dans le domaine de la microbiologie. Les incubateurs de laboratoire fournissent cette caractéristique importante qui vous permet de travailler avec des cultures microbiologiques, des cultures cellulaires et des cultures de tissu avec des conditions particulières qui réglementent des facteurs de croissance tels que la température, l’humidité, la ventilation et le CO2. L’incubateur est le meilleur équipement de culture et de stockage de cultures bactériennes. Les incubateurs sont équipements nécessaires pour tout laboratoire effectuant des cultures cellulaires et des travaux de culture tissulaire. Protège les cellules des changements de température, d’humidité, de CO2 et d’oxygène. La plage de température peut varier (selon le modèle) de 0 ° C à 80 ° C, mais est normalement utilisée à partir de 5 ° C et 37 ° C.

Types généraux d’incubateurs

Il existe différents types d’incubateurs et les plus utilisés sont les suivants:

Incubateurs standard. Ces incubateurs peuvent être la gravité ou la convection et la température de la convection et de la température de la température ambiante jusqu’à 80 ° C à 100 ° C.

Incubateurs réfrigérés: ces incubateurs fonctionnent à des températures proches ou inférieures à la température ambiante

Incubateurs d’humidité: Ces incubateurs contrôlent la température et l’humidité à travers un système de réfrigération plutôt que sur le chauffage direct.

Incubateurs de CO2 (dioxyde de carbone): Ces incubateurs sont largement utilisés en biologie et sont utilisés lorsqu’il est nécessaire de maintenir un pourcentage déterminé de dioxyde de carbone dans l’incubateur. Le niveau de CO2 est contrôlé par un capteur de conductivité thermique ou un capteur infrarouge. L’humidité est généralement obtenue à partir d’un plateau d’eau qui s’évapore constamment.

Incubateurs d’agitation: Ces incubateurs agit dans une atmosphère de température contrôlée. Il existe différentes tailles de ce type d’incubateurs, avec une plage de température par rapport à la température ambiante ou au réfrigérateur.

Incubateurs d’hybridation ou Fours d’hybridation: Ces incubateurs contiennent différentes tailles de flacons d’hybridation et les pivoter à une vitesse spécifiée pour permettre une hybridation en biologie moléculaire.

Comment choisir l’incubateur de laboratoire approprié

Outre les aspects déjà mentionnés, certaines caractéristiques générales doivent être prises en compte lors du choix de l’incubateur correct pour un laboratoire:

Volume interne. Comparez toujours les dimensions internes de la machine pour déterminer le volume à utiliser dans votre laboratoire, ainsi que les dimensions externes en fonction de l’espace disponible en laboratoire.

Intérieure en aluminium ou en acier inoxydable. Gardez à l’esprit que l’acier inoxydable est plus facile à nettoyer et à résister à la corrosion, contrairement à l’aluminium.

Gravité ou ventilateur de convection forcé. En fonction de l’importance de l’uniformité de la température. Le ventilateur forcé convient au maintien de l’uniformité, mais si le séchage n’est pas une priorité, la convection de gravité est la meilleure option.

Contrôle / écran numérique ou analogique: la commande analogique est basée sur une cadran numérotée et nécessite un thermomètre pour afficher la température réelle. Les modèles de contrôle numérique établissent et affichent la température via un contrôleur LCD, sous forme de microprocesseur ou de contrôleur numérique.

Caractéristiques de la sécurité: Certains modèles ont un système d’alarme en cas de variations de température, trop élevées ou trop bas.

Utilisation générale des incubateurs

Les incubateurs de laboratoire sont utilisés notamment pour les applications dans les domaines de la biologie, des cultures cellulaires, des bactéries et des tissus, des études pharmaceutiques, hématologiques, biochimiques, agroalimentaires, animaux et solubilités dans la fermentation.

Pour plus d’informations, suivez ce lien ici

Publié le Laisser un commentaire

Errores comunes en la electroforesis

La electroforesis en gel se utiliza en laboratorios para clasificar y medir las proteínas o ácidos nucleicos. Después de una cuidadosa preparación, las muestras se cargan en un extremo del gel, una corriente eléctrica es aplicada, y las muestras corren hacia el extremo positivo de la bandeja. Como con cualquier procedimiento científico, la posibilidad de error humano y de otras fuentes de error existe y debe ser tomado en consideración al interpretar los resultados.

1.    Contaminación de la muestra

Sea lo que sea que estés midiendo, el primer paso para obtener resultados precisos es una muestra no contaminada. Toma medidas para evitar la contaminación durante la preparación con el uso de guantes, utilizando sólo envases estériles, y cambiando la punta de la pipeta después de cada uso. También ten cuidado de no contaminar tu pipeta por tomar la muestra y hacer que suba hasta la pipeta.

2.    Problemas en el gel

 

Muchos errores se deben a problemas con el gel. En primer lugar, una concentración de gel incorrecta puede hacer que el gel corra demasiado rápido o no corra en absoluto. Asegúrate de que estás utilizando una concentración que está bien medida y orientada hacia los tamaños generales de la muestra que se está tratando de medir. Por ejemplo, cuando trabajamos con una muestra de ADN, un gel de 0,7 por ciento le permitirá ordenar eficazmente los fragmentos que se ubican entre 800 y 10.000 pares de bases de longitud, mientras que los fragmentos más pequeños necesitarían un gel de porcentaje más alto.

El gel puede verse comprometido de otras maneras. Antes de cargar las muestras, asegúrate de que el gel no tiene cortes o burbujas. Incluso una pequeña imperfección puede afectar tus resultados. La preparación adecuada del gel es la clave. Sigue todas las instrucciones, vierte lentamente para evitar la formación de burbujas, y deja que el gel se enfríe completamente antes de cargar las muestras.

Por último, cuando se establece un gel se coloca un peine para crear los pozos donde se cargan las muestras. Ten cuidado de que este peine se coloque correctamente en los recuadros de la bandeja, ya que un peine que cree pozos demasiado profundos o superficiales puede conducir a errores.

3.    Carga de muestras incorrectas

Aunque parece bastante simple, cargar tus muestras en los pocillos pequeños en el gel puede resultar difícil. Lo más importante es asegurarte de que sabes cuánto vas a poner en cada pocillo. El exceso de la muestra podría causar que sean manchas grandes o que aparezcan más pequeñas de lo que realmente son; a su vez, muy poco de la muestra puede ser imposible de ver. Además, no perfores el gel al cargar las muestras, ya que esto puede causar problemas, al igual que las otras imperfecciones de gel.

4.    Problemas en la corriente eléctrica

Un error común para los nuevos estudiantes de la técnica de electroforesis en gel es correr el gel hacia atrás. Esto sucede cuando las conexiones positivas y negativas se unen a los extremos incorrectos de la bandeja. Se puede evitar este error recordando que la muestra se correrá siempre al rojo, por lo que asegúrate de que el extremo positivo esté unido en el lado opuesto de la bandeja de los pocillos de la muestra.

También existen problemas con el uso de un voltaje incorrecto. Una tensión demasiado alta puede causar que la muestra corra al otro extremo del gel tan rápido que se caiga del mismo, mientras que una demasiado baja puede significar que la muestra se tome demasiado tiempo para correr o no corra lo suficientemente lejos para ser cuantificada al final.

5.    Problemas en la visualización

Si no puedes ver los resultados, es obvio que tendrás problemas para interpretarlos. Una muestra demasiado pequeña puede ser difícil de visualizar. Los problemas con los métodos de visualización también pueden comprometer los resultados. Los métodos más comunes usan tintes visibles o bromuro de etidio (para la visualización bajo luz ultravioleta). Estos deben añadirse al gel en las concentraciones correctas, o la visualización puede ser obstaculizada.

En Kalstein ponemos a su disposición un sistema de alta calidad para sus corridas de Electroforesis. Por eso le invitamos a echar un vistazo AQUI

Publié le Laisser un commentaire

Importance des incubateurs de biochimie

Les incubateurs de biochimie ont des caractéristiques formidables qui garantissent la sécurité et la qualité des cultures que vous souhaitez maintenir. Ils sont largement utilisés dans les domaines de la pharmacie, l’industrie chimique, la protection de l’environnement, la santé publique, l’agriculture et bien d’autres; ils sont un équipement spécial pour cultiver des organismes pour la recherche scientifique et l’examen, en particulier les processus chimiques à l’intérieur et liés aux organismes vivants. Les incubateurs sont très communs dans la recherche et le domaine de l’industrie et ils ont une grande variété d’applications avec des organismes vivants.

Puisque les cultures de cellules et les micro-organismes doivent être incubés dans une atmosphère contrôlée, vous devez avoir le bon type d’incubateur afin d’obtenir des résultats fiables et satisfaisants. Les incubateurs ont un certain nombre d’applications dans les domaines de la médecine et de la biologie. Tout d’abord, vous les utilisez pour cultiver des cultures cellulaires, reproduire des colonies de germes avec le nombre de germes subséquent dans l’industrie alimentaire. Il y a aussi la reproduction des colonies de germes et la détermination subséquente de la demande biochimique en oxygène (surveillance des eaux usées). Dans le domaine de la microbiologie, les incubateurs sont utiles pour la reproduction de micro-organismes tels que les bactéries, les champignons, les levures ou les virus. Enfin, dans le domaine de la zoologie, les incubateurs sont propices à la reproduction des insectes et à l’éclosion des œufs en zoologie.

Incubateur utilise en laboratoire

Afin de maintenir le développement progressif des cultures microbiologiques, les incubateurs régulent les facteurs de croissance viables tels que la température, l’humidité et la ventilation. C’est pourquoi dans le domaine de la biologie, les incubateurs sont impliqués dans de nombreuses applications telles que la culture cellulaire et tissulaire, les études pharmaceutiques, les études hématologiques, les études biochimiques, la transformation alimentaire, l’aération cellulaire, les études végétales et animales, les études de solubilité, cultiver. L’extraction de fragments de tissus d’animaux et de plantes est une utilisation très courante (c’est-à-dire des cellules isolées à partir d’un morceau de tissu) dans un environnement contrôlé et par la suite analyse leur croissance. L’étude de ces explants permet aux cliniciens et aux scientifiques de comprendre la fonction de cellules pathogènes spécifiques telles que les cellules cancéreuses et de les aider à développer des vaccins contre des maladies telles que la poliomyélite, les oreillons et la rougeole.

Comme vous le savez peut-être, pendant des années, l’environnement stable contrôlé d’un incubateur a servi à l’éclosion des œufs de volaille et à la prise en charge des bébés prématurés ou malades. De nos jours, les incubateurs ont une utilisation plus élaborée et leur marché prospère en conséquence. Les scientifiques utilisent des incubateurs pour les traitements médicaux, la recherche sur les cellules souches et des procédures expérimentales comme l’incubation des anticorps sur les tissus et les cellules pour la microscopie à fluorescence. Vous devez également savoir que les autres utilisations de l’incubateur sont le diagnostic de la maladie qui cause des agents pathogènes dans le corps humain. En utilisant des incubateurs, l’air autour de la culture cellulaire peut être régulé, ce qui facilite la multiplication des micro-organismes pathogènes, ce qui augmente la probabilité d’identifier un agent pathogène.

Travailler avec un incubateur exige le niveau d’hygiène le plus élevé, devenant la priorité absolue dans les incubateurs de laboratoire, car les germes peuvent finir par pénétrer dans l’échantillon par un mouvement d’air dans la chambre ou des impuretés à la surface de la chambre. Il y a d’autres aspects que vous devriez garder à l’esprit si vous allez travailler avec des incubateurs. Ce sont la stabilité de la température et l’homogénéité de la température: Les organismes vivants réagissent de manière extrêmement sensible aux fluctuations de température. Afin de garantir des résultats de test reproductibles, la stabilité de la température et l’homogénéité de la température sont des critères de qualité importants pour un incubateur. Enfin, les milieux nutritifs sur lesquels les cultures sont cultivées ne doivent en aucun cas sécher. Sinon, les résultats du test risquent d’être corrompus ou les cultures disparaîtront complètement. Les appareils à convection naturelle sont donc optimaux car le processus de séchage n’est pas accéléré contrairement aux appareils à circulation d’air forcée.

En savoir plus sur nos incubateurs de biochimie.