Diagnostic et traitement de l’hypertension intracrânienne

pq_KT88_YR02268-1.jpg

Cet article aide les cliniciens à reconnaître l’hypertension intracrânienne chez les personnes souffrant de maux de tête et à déterminer comment l’explorer et la traiter.

L’hypertension endocrânienne (HE) est une élévation anormale de la pression cérébrale et une urgence médicale. Les données sur sa fréquence manquent et peuvent être causées par des multiples causes. Cet article se concentre sur l’HE qui présente des maux de tête.

La série de symptômes HE est similaire quelle que soit la pathologie sous-jacente. Il est probable que le diagnostic d’EH soit posé dans le cadre des soins secondaires, car les patients doivent être référés d’urgence par les soins de base pour obtenir des images et réaliser des études complémentaires qui facilitent le diagnostic et empêchent ainsi la détérioration, y compris la perte de contrôle. la vision.

Pourquoi ne vous reconnaissez-vous pas ?

Apparition insidieuse et symptômes non spécifiques: la nature insidieuse de l’apparition de l’EH peut entraîner un diagnostic retardé et un diagnostic erroné. Certains des symptômes caractéristiques clés ne sont pas spécifiques et les signes peuvent ne pas être reconnus immédiatement.

Une étude décrivant la présentation des tumeurs intracrâniennes chez les enfants et les jeunes adultes avant le diagnostic a révélé que les symptômes et les signes non localisés (maux de tête, inquiétude parentale, léthargie, fatigue, somnolence, perte d’appétit, irritabilité, retard de croissance) étaient: plus de deux fois plus fréquents que les signes neurologiques focaux (tels que la paralysie du 6ème couple craniranien et les troubles visuels).

– Antécédents et examens incomplets: seuls 52% des patients neurologiques hospitalisés se rappelaient avoir été examinés à l’aide d’un ophtalmoscope. Il existe des preuves que chez les patients qui se présentent à l’urgence avec des maux de tête, l’examen médical et la préparation des antécédents sont inadéquats; seuls 0,3% avaient un historique complet; Des antécédents typiques de maux de tête auraient enregistré le type et l’emplacement de la douleur, l’apparition, la durée, la gravité, les symptômes associés, les facteurs déclenchants, les antécédents de maux de tête et les médicaments. La fundoscopie fait partie de l’examen neurologique complet et l’ES peut facilement passer inaperçu si la fonduscopie n’est pas faite ou si la fondusbop n’est pas interprétée correctement. L’ophtalmoscopie directe peut être difficile si elle n’est pas pratiquée de manière régulière.

Pourquoi est-ce important ?

Le fait de ne pas détecter l’EH en temps voulu peut entraîner une perte de vision permanente, un déficit neurologique permanent et, finalement, la mort. Le manque de reconnaissance de l’enseignement supérieur a conduit à des procès pour faute professionnelle.

Quelles sont ses caractéristiques cliniques ?

La forme de présentation de l’ES est très variée. Les gens peuvent signaler :

– Maux de tête : Les caractéristiques typiques d’un mal de tête constant d’apparition récente ou presque toujours grave sont spécifiques et seulement un tiers des patients atteints d’ES déclarent que le mal de tête s’aggrave au réveil. La plupart des patients se plaignent d’une aggravation progressive du mal de tête pendant des semaines, mais certains peuvent développer une augmentation rapide de l’ES en quelques heures ou quelques jours.

– Altérations visuelles : vision brouillée transitoire. Assombrissement visuel, vision double, perte visuelle.

– Symptômes associés : Les autres symptômes sont les suivants: douleur au cou, au dos, acouphènes lancinants, léthargie, changements de comportement, faiblesse, vomissements, troubles de la motricité ou de la parole, baisse de conscience et convulsions.

Comment se poursuit l’enquête et quel est le traitement ?

En cas d’œdème papillaire et d’hypertension maligne, l’imagerie par neuroimagerie doit être demandée le jour même (imagerie par résonance magnétique du crâne et des orbites avec contraste intraveineux et vénographie ou tomodensitométrie avec veinogramme).

La vénographie peut exclure la thrombose du sinus veineux cérébral. Après avoir exclu une lésion endocrânienne structurelle par neuroimagerie, il est considéré comme sûr de pratiquer une ponction lombaire (décubitus latéral) pour enregistrer la pression d’ouverture et envoyer le liquide céphalo-rachidien pour analyse, afin d’éliminer les causes infectieuses, malignes et inflammatoires. .

Les patients à haut risque sont ceux présentant une perte visuelle imminente. Ces patients nécessitent une surveillance étroite et un traitement chirurgical souvent urgent en raison du risque de perte visuelle permanente.

Chez Kalstein, nous vous proposons un moniteur numérique sophistiqué de l’activité électrique du cerveau. Très utile dans le diagnostic de l’inflammation intracrânienne, des maladies cérébrovasculaires et des tumeurs cérébrales, des dommages hypophysaires. C’est pourquoi nous vous invitons à jeter un coup d’œil sur:ICI

PARIS

Localisation

5 rue de Castiglione 75001 Paris – France.
(+33) 01 70 39 26 50(+33) 7 60 83 92 83

sales.department@kalstein.eu

EMPLACEMENTS

Nous sommes toujours proches



Suivez notre activité sur les réseaux sociaux

Restez informé de toutes les dernières nouvelles du secteur.


Devis personnalisés et instantanés

Générez des devis basés sur les informations sur les produits sélectionnés.

GÉNÉRER UN DEVIS