Publié le Laisser un commentaire

CONNAÎTRE LES INDICES HÉMATIMÉTRIQUES

Volume corpusculaire moyen (VCM):

– Correspond au volume moyen d’une population d’érythrocytes, exprimé en phentolitres (fL).

–  Le VCM manuel est obtenu en divisant le volume d’erythrocytes emballés (hématocrite) par le nombre d’erythrocytes qui occupent ce volume.

– Le VCM automatisé est obtenu directement par impédance électrique ou par dispersion optique.

– Il s’agit de l’index le plus important pour l’automatisation, car il constitue la base de la classification des anémies.

Hémoglobine corpusculaire moyenne (HCM):

– Il s’agit du contenu moyen (poids interne) de l’hémoglobine dans une population d’érythrocytes, exprimé en picogrammes (pg).

– Il est obtenu en tant que moyenne du poids ou de la quantité d’hémoglobine, par calcul mathématique, par la division de l’hémoglobine dosée par le nombre d’érythrocytes comptés.

– Il peut être obtenu par dérivation du VCM et du CHCM déterminés directement par laser.

– Il est important de savoir comment différencier le terme «contenu» du terme «concentration».

Concentration moyenne en hémoglobine corpusculaire (CHCM):

– C’est l’indice hématimétrique qui évalue la couleur des érythrocytes et correspond à la moyenne des concentrations d’hémoglobine interne d’une population d’érythrocytes.

– Le CHCM manuel est obtenu par la formule Hb x 100 / Hto

– La CHCM automatisée peut être directe ou indirecte. La suggestion est obtenue en adaptant la formule de Wintrobe, où l’hématocrite manuel est remplacé par l’hématocrite automatisé, calculé en multipliant le VCM par le nombre d’érythrocytes divisé par 10: CHCM = Hb x 100 / (VCM x GR / 10).

– Le CHCM automatisé direct est déterminé par une mesure au laser de la concentration en hémoglobine interne de chaque érythrocyte. La somme est ensuite divisée par le nombre d’érythrocytes comptés.

– L’augmentation du CHCM peut survenir en cas de perte de la zone érythrocytaire, sans perte de contenu en hémoglobine. Exemple: sphérocytose, coma hyperosmolaire, excès d’anticoagulant ou en présence de drépanocytose, entre autres.

– La diminution du CHCM reflète l’insaturation des érythrocytes, c’est-à-dire les érythrocytes dont la concentration en hémoglobine est inférieure à la normale. Il se produit dans l’hyperchromie traditionnelle et la polychromasie excessive.

– La présence d’hypochromie dans les érythrocytes commence à apparaître lorsque le CHCM est inférieur à 32 g/dL mais devient morphologiquement évidente lorsque la valeur est inférieure à 28 g/dL.

– Les valeurs CHCM (indirectes) excessivement élevées ou abaissées sans justification ni confirmation sur le frottis sont en général dérivées du mauvais étalonnage des appareils.

– Les personnes non anémiques ont un CHCM compris entre 32 et 35 g/dL.

– Les érythrogrammes d’individus non anémiques présentant des valeurs de CHCM inférieures à 31 g/dL ou supérieures à 35 g/dL suggèrent une erreur dans la détermination du taux d’hémoglobine, du nombre d’érythrocytes ou du MCV.

– Pour certifier lequel de ces paramètres est incorrect, l’hématocrite est effectué par centrifugation et les résultats sont comparés.

– Si l’hématocrite est beaucoup plus élevé que l’automatisé, cela suggère une erreur dans la numération des érythrocytes ou dans le MCV (moins fréquent).

– Si l’hématocrite manuel est similaire à l’hématocrite automatisé, l’erreur doit être liée à la détermination de l’hémoglobine automatisée (trop élevée).

Gamme de distribution des érythrocytes (GDE):

– Révèle numériquement la variation du volume des érythrocytes. Il est calculé comme le coefficient de variation (RDW-CV) de la fréquence des volumes d’érythrocytes, où RDW = DS du volume de GR x 100 / VCM

– Certains compteurs obtiennent deux types de RDW: 1) Le RDW-CV (%) en fonction du coefficient de variation et le RDW-SD (fL) en fonction de l’écart type.

– C’est un indice équivalent au degré d’anisocytose, obtenu auparavant uniquement par la morphologie des érythrocytes.

– Grâce au RDW, la variation du volume des ressources génétiques est devenue une donnée quantitative précise, fiable et crédible, supérieure à l’anisocytose subjective microscopique.

– Un RDW normal révèle une homogénéité par rapport au volume des érythrocytes.

– Les valeurs réduites n’ont aucune signification clinique, alors que les valeurs élevées indiquent des altérations de la maturation érythrocytaire.